In Fermes de toit, Murs préfabriqués en bois, Poutrelles ajourées

Si vous envisagez de construire ou de rénover un bâtiment, vous aurez peut-être recours à une technique connue sous le nom d’étaiement.

Dans ce texte, nos spécialistes en structure vous expliquent en quoi consiste l’étaiement et comment étayer une charpente en bois.

Qu’est-ce que l’étaiement ?

Le terme « étaiement », dont il partage la signification avec le terme « étayage », désigne l’action d’installer des éléments de soutien dans le but d’éviter l’effondrement d’un bâtiment ou d’un ouvrage. Lors d’un étaiement, les éléments installés sont généralement appelés des « étais » servant à supporter des charges.

Toutefois, le mot « étaiement » peut aussi désigner le résultat de l’installation des pièces d’étai qui vont supporter les charges.

Les étaiements peuvent être utiles en différentes circonstances. Par exemple, ils sont fréquemment utilisés dans la construction de ponts ou de bâtiments. Dans ce genre de situations, ils peuvent servir à supporter une partie du bâtiment en construction, comme les coffrages, un mur préfabriqué ou une poutrelle de plancher.

Dans un autre contexte, un étaiement peut soutenir, le temps qu’elle soit reconstruite ou solidifiée, une section de charpente qui menace de s’effondrer.

Que sont les étais ?

Les étais sont des pièces de charpente droites et rigides, en bois ou en métal, et qui servent à soutenir des charges pour prévenir un effondrement.

Ils peuvent prendre différentes formes allant d’un simple poteau (étai simple) jusqu’à un empilement de caissons treillis (pylône d’étaiement) en passant par un assemblage d’étais et de contreventement (tour d’étaiement).

L’élaboration d’un plan d’étayage

L’objectif ultime d’un étayage est d’établir un équilibre parfait des forces afin de garder le bâtiment ou l’ouvrage dans la bonne position. Afin d’y arriver, il est nécessaire de planifier minutieusement l’opération en tenant compte d’un maximum de forces et de charges impliquées. Il s’agit donc d’une tâche technique très complexe dont se chargent des ingénieurs en structure.

Les résultats de ce travail d’analyse sont inscrits dans un document appelé plan d’étayage et qui indique la marche à suivre pour réaliser un étaiement adéquat.

Les différentes parties d’un plan d’étayage

Les ingénieurs doivent passer par plusieurs étapes pour réaliser un plan d’étayage :

Détermination des charges à étayer

L’ingénieur va calculer précisément la charge que l’étaiement devra supporter. Pour ce faire, il doit tenir compte de la charge des éléments de la charpente en bois à soutenir, mais aussi des charges de construction (personnel, outils, machinerie, etc.) ainsi que des charges externes (pluie, vent, neige, etc.).

Il doit aussi connaître certaines des propriétés mécaniques du bois qui a servi à la construction.

Étude des qualités des points d’appui

L’ingénieur responsable du plan d’étayage doit aussi tenir compte du fait que ce ne sont pas tous les types de sols qui offrent la même surface d’appui aux différents types d’étais.

Le choix du bon type d’étaiement

Une fois que les charges à soutenir et la nature du sol ont été analysées, l’ingénieur pourra déterminer quel type d’étaiement sera le plus efficace dans les circonstances. Il choisira un type d’étaiement ainsi que le matériel à utiliser lors du montage.

Dessin de la structure à mettre en œuvre

La dernière étape de l’élaboration d’un plan d’étayage est le dessin de la structure à mettre en œuvre. C’est à ce plan que les ouvriers responsables d’étayer la structure pourront se fier une fois sur le chantier.

Les pièges à éviter

Dans l’histoire, il est arrivé à plusieurs que des étaiements se soient effondrés pour différentes raisons.

Par exemple, si l’étai choisi n’est pas suffisamment résistant, il peut tout simplement se briser s’il est soumis à une surcharge importante.

Aussi, un mauvais contreventement (l’ensemble des procédés s’opposant à sa déformation), peut mener à un affaissement ou à un flambage.

Enfin, une rupture des cales qui se trouvent sous l’étai ou un tassement du sol peuvent aussi contribuer à l’effondrement d’un étaiement.

UsiHome : spécialistes en structures usinées en bois

En somme, étayer une charpente en bois est un processus complexe qui doit impliquer des ingénieurs spécialistes en structure.

En ce sens, si vous avez une charpente en bois à étayer, sachez que vous pouvez demander conseil à notre équipe. Chez Usihome, en plus de proposer de nombreux produits de charpente préusinés en bois, nous comptons aussi sur l’expertise d’ingénieurs chevronnés prêts à vous assister dans vos projets de construction et de rénovation.

Note
Notez cette page
Recent Posts

Leave a Comment

elements-charpente-boisextension-maison-bois